Paon d'Art
association_logo
Festival de théâtre étudiant
Les 31 mars, 1er & 2 avril 2017 avec Le Grand Bleu

Embrassons-nous Folleville

Texte orignal : Eugène Labiche
Spectacle modernisé proposé par Les Mots Dits (Centrale Lille)

Monsieur Manicamp est un businessman enthousiaste, expansif, vif et emporté. Il le sait, il le dit. Il pense que tout le monde partage ses goûts et ses idées, et d’ailleurs il ne supporterait pas le contraire. Il s’est mis en tête de marier sa fille Berthe au timide Folleville. Or ce dernier n’a jamais pu lui dire que c’était impossible, son mariage avec sa cousine Aloïse étant déjà arrêté entre leurs deux familles.

Chaque tentative de Folleville pour expliquer le problème est immédiatement interrompue par un flot de démonstrations affectueuses de la part de Manicamp, « Embrassons-nous, Folleville ! », et par des avancées dans l’organisation du mariage : la corbeille, la bague, Mme Bettencourt prévenue, le contrat. « Ah çà, il m’enlace ! il me garrotte ! », ne peut que se dire Folleville. Si les choses continuaient ainsi, il est vraisemblable que ce dernier, entraîné par la volonté impétueuse de Manicamp, se retrouverait marié contre sa volonté. Mais voilà que Monsieur Chatenay se présente. Il vient de tomber éperdument amoureux de Berthe, pour la raison insolite qu’elle l’a giflé en public. Il vient demander sa main, et il ne pourrait pas concevoir qu’on la lui refusât.

Note d'intention

Notre intention en choisissant cette pièce, était de créer une pièce amusante, aussi bien sur les dialogues que sur la situation. Ce n’est pas une critique sociale, une dénonciation, une tragédie ou un drame car l’actualité est déjà bien sombre, les centraliens bien trop aigris, et les gens plein de désillusion. Nous voulons offrir, aussi bien aux acteurs qu’aux spectateurs, de la bonne humeur, du rire, une tranche de joie. Pourquoi ne pas avoir gardé le texte original, me diriez-vous ? Comment avons-nous pu oser nous poser sur un pied d’égalité avec M. Labiche ? Outrage ! Loin de nous l’idée de nous mesurer à un si grand auteur, et c’est avec humilité que nous avons cherché à moderniser cette pièce. Le texte est presque le même, et il n’y a que les passages chantés qui ont été tronqués. La position sociale des personnages a été actualisée, ainsi que certaines de leurs expressions. L’idée était de rendre plus « sexy », plus attirant pour le public, un texte écrit il y a presque deux siècles, tout en gardant la majeure partie du texte. Le théâtre paraît souvent « vieillot » au jeune public, surtout lorsque la pièce a été écrite il y a si longtemps. Notre ambition était d’attirer un public (et des acteurs) avec une pièce présentant des éléments modernes, de la culture pop (sabres-lasers par exemple) et de les faire rester et apprécier sans qu’ils s’en rendent compte, une pièce « vieillotte ».
Si nous devions résumer en deux mots notre motivation, notre inspiration et notre message, ce serait : faire s’amuser. Les acteurs, le public, nous-même, metteurs en scène. Apporter un peu de joie, de sourire et de bonne humeur dans la vie de tous.

 Paon d'Art